Des lectures en toute convivialité

Depuis la reprise des séances de J'écoute un livre en février, les auditeurs ont apprécié les choix avisés des lectrices, qui avaient chaque fois sélectionné des extraits de romans qui n'ont pas manqué de faire sourire et rire. L'assistance prenait souvent quelques instants, à l'issue de chaque petite heure de lecture, pour discuter en toute convivialité autour d'un café.

On peut s'inscrire librement auprès du service animation pour le mercredi 15 avril, avec des nouvelles, des poésies, des extraits de roman. Ce sera d'ailleurs la dernière occasion pour toute personne indécise de se lancer, les séances des mercredis 20 mai et 17 juin étant déjà complètes.

Mercredi 15 avril à 15 heures, salle Pierre-Lart en mairie. Entrée libre. Renseignements : service animation 05 57 46 10 84

Les collégiens travaillent sur le Bordeaux de la Renaissance.

Des collégiens d'Elie-Faure sont depuis plusieurs semaines sur les traces de Philibert, le héros de l'ouvrage de Mariane Fiori. « Les Bottes du gentilhomme : Bordeaux XVIe », publié aux éditions Milathea, raconte les aventures picaresques de Philibert, un orphelin, apprenti cordonnier, qui va rencontrer le maire de la ville qui n'est autre alors que Michel Eyquem, dit Montaigne.

Publicité

L'occasion pour les élèves de 5e, sous la conduite de Cynthia Evariste, professeur de lettres, et de la documentaliste Virginie Bastita, de conjuguer le français, l'histoire, la géographie, le numérique et le journalisme sur un même projet.

La plume de Mariane Fiori leur a permis de se plonger dans le Bordeaux de la Renaissance qu'ils ont pu apprécier grâce à une visite in situ. Ils ont ensuite découvert la bastide foyenne avec les explications de Laura Vincenot de l'office de tourisme, avant de se conclure à la médiathèque. Ils ont planché sur l'histoire de la bastide et la vie quotidienne au Moyen Âge et à la Renaissance.

Ce travail pluridisciplinaire s'achèvera le vendredi 10 avril, avec la rencontre à la médiathèque de Mariane Fiori. Les collégiens pourront débattre avec l'auteur et finir les articles en cours de rédaction et les reportages en cours de réalisation qui se seront publiés sur le net.

Armand reclus  : dominer la terre

Armand reclus  : dominer la terre

 

Exposition 


Du 9 mars au 29 mai 2015


Bibliothèque Municipale 

de Ste-Foy-la-Grande



 

proposée par

le Musée du Pays Foyen

 

HEURE DU CONTE

HEURE DU CONTE :

MERCREDI 01 AVRIL AVEC ANNE MARIE FRIAS A PARTIR DE 10H30, AVEC LE CONCOURS DE LA CDC DU PAYS FOYEN. ENTREE LIBRE


Le conte de Cendrillon expliqué aux collégiens

Une classe de 6e du collège Elie-Faure accompagnée par leur enseignante de français Cynthia Evariste et la documentaliste Virginie Bastita a découvert le monde de Cendrillon. Le conte de Charles Perrault reprit au 19e siècle par les Frères Grimm pour une oeuvre plus romantique, plus fantastique et plus sanglante. Différentes versions du conte ont été lues par la bibliothécaire Karine Kokosvka et un questionnaire a donné l'occasion aux collégiens de tester leurs connaissances sur cette fable classique. Le but du jeu était de préparer le déplacement à Bordeaux pour assister au spectacle de la Compagnie Présence au théâtre de La Pergola à Caudéran, qui propose une mise en scène du conte de Perrault.


Un mois, une oeuvre

La médiathèque propose dans le cadre de son animation " Un mois, une œuvre ", un tableau du peintre copiste Bernard Deyres d'après Tamara de Lempicka, " L'Echarpe bleue ". Une toile réalisée en 1930 par l'artiste née en Pologne, alors russe, en 1898, qui a fui la révolution de 1917. Arrivée à Paris, sous un nom d'homme, elle a côtoyé toute l'aristocratie russe en exil et n'a pas tardé à s'imposer comme un peintre réputé des deux côtés de l'Atlantique. «  Figure phare de l'Art Déco « , explique Bernard Deyres, elle a su représenter les années folles de son époque en passant sans pudeur des plus rigides conventions aux plus folles transgressions, aspirant à la mondanité et au luxe. Ses portraits se jouent de la sensualité des femmes, à la fois pures et totalement érotisées. Elle est un témoin de leur évolution et nous offre au travers de son œuvre, le témoignage et l’esprit d'une époque pensée par une femme ». Une œuvre accrochée à la médiathèque jusqu'à la fin du mois de mars.

LECTURES CHERCHENT LECTEURS

Lire et relire à haute voix

C'est le retour des séances de lecture à voix haute et un appel à lecteurs est lancé par le service municipal de l'animation pour ce rendez-vous créé il y a deux ans « 16h : j’écoute un livre ». Durant près d’1h30, une poignée d’auditeurs se réunit une fois par mois autour de lecteurs bénévoles pour (re)découvrir auteurs et ouvrages, dans une ambiance conviviale et avec le café.
En ce début d’année, la ville relance cette opération et en appelle donc à tous les amateurs de bons livres. Toute personne désireuse de lire à haute voix est invitée à se manifester auprès du service animation : romans, nouvelles, poésies… sont les bienvenus.

Ces nouveaux rendez-vous littéraires seront organisés le troisième mercredi de chaque mois à partir du mercredi 18 février à la salle Pierre Lart et l’entrée y sera toujours gratuite. Seul changement notable, ils auront lieu à 15 heures et non plus à 16 heures, selon une suggestion des participants. Une petite discussion pourra bien sûr s’ouvrir à l’issue de la lecture entre les personnes qui le souhaitent. Mercredi 18 février. 15 heures, salle Pierre Lart (RDC de la mairie). Entrée libre. Renseignements : service animation 05.57.46.10.84. www.saintefoylagrande.net

LIRE POUR  ELIRE

Depuis le début janvier 2014, 80 bibliothèques de Gironde proposent à leurs jeunes lecteurs de participer à la 7e édition de Lire, élire initiée par la Bibliothèque Départementale de Prêt. Ces derniers pourront ainsi, par la voix des urnes, désigner le meilleur livre qu'ils auront lu parmi les 4 sélections proposées.

L'action s'adresse aux jeunes de 6 à 16 ans inscrits dans une bibliothèque participante. C'est une démarche libre et individuelle. Les jeunes électeurs pourront voter dans la ou les catégories de leur choix et recevront un chèque-lire à l'issue des élections qui auront lieu dans les bibliothèques participantes.

Des animations seront proposées en amont pour présenter la sélection des 12 ouvrages, d’ores et déjà disponible à la médiathèque de Sainte Foy La Grande.

Information : Médiathèque de Sainte Foy La Grande, 05 5746 29 70, http://bm-saintefoylagrande.jimdo.com/; médiatheque@saintefoylagrande.net,

www.facebook.com/pages/Médiathèque-de-Sainte-Foy-la-Grande, twitter.com/biblistefoy.



MOVIE BY KIM, SYLVAIN ET SOHAYLA

Des stagiaires du Lycée Reclus-Broca et du collège Elie-Faure posent leur regard sur la médiathèque
Des stagiaires du Lycée Reclus-Broca et du collège Elie-Faure posent leur regard sur la médiathèque

Bernard et Lydia, copistes à quatre mains

L’exposition de Lydia Vera et Bernard Deyres a lieu du 6 au 14 décembre. Ici, devant une copie d’une toile de Turner

 

Du samedi 6 au dimanche 14 décembre, Lydia Vera et Bernard Deyres, peintres copistes bien connus dans la région, occupent les cimaises de la salle Broca à Sainte-Foy-la-Grande. Compagnons dans la vie, ils le sont aussi dans le talent pictural. Pour cette fin d'année, Bernard et Lydia proposent deux expositions en une.

Tout d'abord un large échantillon de la peinture du XXe siècle où cohabiteront, l'espace d'un moment, les Modigliani, Hopper, Van Gogh, Braque, Vlaminck et une présence féminine, nouvelle dans leur palette, Tamara de Lempicka.

Copies de Turner

Puis dans la grande salle un parcours qui se veut plus pédagogique, mettant en lumière, le long chemin vers la peinture abstraite avec comme point de départ, celui pouvant être considéré comme le précurseur à la fois de l'impressionnisme et de l'abstraction : William Turner. Des œuvres de Kandinsky sont à la conclusion de cette démonstration.

Une quarantaine d'œuvres à l'identique des grands maîtres de la peinture, sur lesquelles les deux artistes travaillent depuis plusieurs mois. Joseph Mallord William Turner (1775-1851), peintre londonien, est la dernière pépite que Bernard Deyres a épinglée à son catalogue.

Pour ce « Tempête de neige en mer » réalisé en 1842, la légende veut que Turner ait conçu cette image attachée au mât d'un navire lors d'une réelle tempête en mer.

Une véritable prouesse pour être au plus près du rendu de ce précurseur de la lumière dans sa complexité diffuse, qui confine à l'abstraction. Bernard Deyres a su une nouvelle fois s'extraire de cette mêlée et bousculer tous les obstacles, comme autrefois lorsqu'il œuvrait rugbystiquement dans le pack puissant du S.U. Agen.

Un rendez-vous émotionnel sensationnel à ne pas manquer alors que « Mr. Turner », film réalisé par Mike Leigh, sera bientôt sur l'écran du cinéma La Brèche.


Ouvert tous les jours de 9 à 12.30 et de 14 h 30 à 19 heures.

www.bernarddeyres.com

 

UNE SEMAINE POUR LA PETITE ENFANCE

À l'occasion de la manifestation autour de la petite enfance, du 25 novembre au 6 décembre 2014, la salle Clarisse-Brian à Sainte-Foy-la-Grande accueillera une exposition créée par l'artiste Théophile Jardry et agrémentée de modules interactifs confectionnés par les structures petite enfance de la Communauté de communes du Pays foyen sur le thème des saisons. Pendant ces deux semaines, des animations seront proposées aux enfants des écoles maternelles, des crèches, des accueils de loisirs maternels, du réseau des assistantes maternelles (RAM).

 

Un temps fort, La Journée petite enfance, destinée aux enfants de 0 à 6 ans et  à leurs familles, aura lieu le samedi 6 décembre. Entrée gratuite et portes ouvertes au public de 10 à 18 heures, salle Clarisse-Brian. Au Programme de cette journée : découverte de l'exposition interactive, baby gym, café des parents animé par une psychologue, spectacles, ateliers ludiques et créatifs. 

HEURE DU CONTE

La prochaine Heure du conte accueille Ana Maria Uteau Venegas dans l'espace jeunesse à partir de 10h30, mercredi 17 décembre avec le concours de la CDC du Pays Foyen.

Hopper à la médiathèque

« Un mois, une toile », l'éveil artistique proposé par la médiathèque, se poursuit en octobre et novembre avec une copie du tableau d'Edward Hopper « Compartment C, Car 193 », réalisée par Lydia Véra.

Une huile sur toile de 51 x 46 cm peinte en 1938 que Lydia Véra a pu apprécier lors de l'exposition très courue, consacrée au peintre américain d'octobre 2012 à janvier 2013 au Grand Palais à Paris.

Elle montre à la médiathèque une copie conforme de cette image un nouvelle fois de la solitude, chère à Hopper. « Mais ici, il s'agit d'une solitude paisible, un moment pour soi. Le siège voisin est vide mais il n'attend personne, pas plus que cette jeune femme qui semble finir son travail dans ce train du soir. Symbole avant l'heure de l'avènement de la femme moderne. le débat est ouvert et donne tout son sens au tableau », explique Lydia Véra.

Une façon d'aborder l'œuvre de Hopper de nouveau sous les projecteurs avec la récente sortie du film de Gustav Deutsch, « Shirley, un voyage dans la peinture d'Edward Hopper ».

Lydia Véra et Bernard Deyres, également peintre copiste, proposeront une exposition de leur œuvres à la salle Paul-Broca du 5 au 15 décembre 2014.

http://www.bernarddeyres.com/

Des bébés lecteurs à la médiathèque

Dans le cadre des animations du Relais assistantes maternelles (RAM) de la Communauté de communes du Pays foyen, de drôles de petits lecteurs ont envahi, ce jeudi 23 octobre, la médiathèque de Sainte-Foy-la-Grande.

Une fois par mois, le Relais assistantes maternelles organise, avec le concours de la médiathèque, une rencontre autour du livre, pour les assistantes maternelles et les enfants qu'elles accueillent. Confortablement installés, les apprentis lecteurs écoutent et observent les histoires contées par les adjointes du patrimoine.

Des contes

« L'âne Trotro » ou « Monsieur Croc » s'évadent alors des ouvrages pour agrémenter l'imaginaire des petits. Les réactions sont nombreuses et les mots s'échappent parfois des bouches des enfants pour illustrer davantage ce qui leur est conté. La séance se termine en partageant les livres racontés qui sont mis à disposition des professionnelles de la petite enfance et des enfants.

 

Le temps de la colonie pénitentiaire raconté par Michel Villemiane

Présenté au dernier salon du livre de Port-Sainte-Foy, l'ouvrage de Michel Villemiane, « la Colonie agricole évangélique pénitentiaire de Sainte-Foy-la-Grande », paru aux éditions Les Dossiers d'Aquitaine, fait le bonheur des amateurs de l'histoire locale et des historiens en général.

 

En 1839, l'église catholique a créé à Mettray, en Indre-et-Loire, un premier institut pour procurer à la jeunesse délinquante une éducation morale et religieuse, en même temps que l'apprentissage d'un métier, notamment agricole. L'église protestante, peu après, pour ne pas être en reste, tient aussi à proposer ses bons services au roi Louis-Philippe. Le pasteur Martin-Dupont et son épouse ouvrent, en 1842, la colonie agricole pénitentiaire sise au lieu-dit Les-Bardoulets à Port-Sainte-Foy (24) face à la bastide foyenne, un institut qui perdurera jusqu'en 1925.

Une œuvre majeure

« En retraçant des moments de vie de petits colons, Michel Villemiane a réussi à saisir, chez ces enfants perdus, des moments de tendresse et d'amitié qui n'ont rien d'anodin. Dans cet établissement où le bien et le mal se côtoyaient au quotidien, il a su décrypter des messages d'espérance », écrit dans sa préface Bernard Gallinato-Contino, enseignant à l'Université de Bordeaux III.

L'auteur réalise une œuvre majeure sur laquelle il planche depuis plusieurs années. Durant 300 pages richement illustrées, le Foyen met en scène la vie « dans cet établissement carcéral qui accueillait des enfants, parfois très jeunes, dont le premier défaut était d'être nés pauvres ou catalogués comme débiles ».

Des maisons de redressement avant l'heure que le pasteur Rey, directeur en 1876, décrivait ainsi : « On n'obtient l'ordre, la soumission, le travail, d'une manière sérieuse et régulière, qu'à la conviction de toucher le cœur, d'amender les sentiments, de réprimer les passions anarchistes en faisant oublier leur flamme dans une passion noble, et qui finisse par être la passion dominante dont Jésus est l'objet ». Tout un programme.

 

Nouveaux horaires

Pour s'adapter notamment aux nouveaux rythmes scolaires dans les écoles élémentaires, la médiathèque, 8 rue Jean-Louis-Faure, propose de nouveaux horaires d'ouverture au tout public du mardi au samedi, avec ainsi des ouvertures entre 12 et 14 heures, les mardis, mercredis et vendredis. La fermeture hebdomadaire sera le lundi. Horaires d'ouverture à partir du mardi 2 septembre 2014 : mardi de 12 à 18h30, mercredi de 10 à 18h3O, le jeudi de 14 à 18h30, le vendredi de 9 à 18h30, le samedi 9 à 12h30. Les archives municipales restent ouvertes le vendredi de 9 à 12 heures et de 14 à 17 heures. Renseignements au 05 57 46 29 70 et sur le site http://bmsaintefoylagrande.jimdo.com/

Le Pays Foyen a fêté sa Libération

Christophe Bouilhac, adjoint au maire de Pineuilh, le maire Christophe Chalard, le sous-préfet Eric de Wispelaere
Christophe Bouilhac, adjoint au maire de Pineuilh, le maire Christophe Chalard, le sous-préfet Eric de Wispelaere

Sous les auspices du maire Christophe Chalard et de sa municipalité avec la complicité du maire de Pineuilh, Didier Teyssandier, représenté par son adjoint Christophe Bouilhac, honoré de la présence du sous-préfet Eric de Wispelaere, du major Roger Lagutère, commandant les gendarmeries foyennes, de nombreux élus de la Communauté de Communes et des associations d'anciens combattants, Le Pays Foyen a célébré le 70e anniversaire de sa libération du joug nazi. Une cérémonie qui s'est prolongée deux heures durant à la mémoire toutes les victimes des combats entre le 15 et le 22 août 1944 dans la vallée. Un devoir de mémoire souligné par Christophe Chalard au Jardin public devant la stèle rappelant le sacrifice de tous et "la force d'un tel engagement", avec sur fond d'émotion le Chant des partisans composé par Anna Marly sur un texte écrit en 1943 par Joseph Kessel et Maurice Druon.

Jacqueline Girard Barraud avait 8 ans

"Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? " un appel à la révolte qui prenait tout son sens avec la présence de jeunes foyens costumés comme les héros de l'époque, mitraillettes Sten en bandoulières, brassards FFI et bérets évocateurs ont parcouru la ville en traction avant, drapeaux tricolores brandis pour rappeler la liesse de l'instant historique. Les gerbes et bouquets déposés comme depuis 1945 étaient augmentés d'un hommage à Jean-Marie Lamothe, un des leaders des groupes de résistants, dont la maison fut dynamitée avenue du Docteur-Faucher par Sandrine Chadourne, conseillère municipale. Après que Françoise Deycard, adjointe au maire de Pineuilh, n'a mis en exergue l'assassinat des gendarmes Maurice Métais, 37 ans et René Barraud, 33 ans, assassinés le 7 décembre 1943 par les Waffen SS à la gendarmerie voisine. Une gerbe déposée par Jacqueline Girard Barraud, qui avait 8 ans lors de la mort de son père, en présence du général Christian Pradier, fils de l'adjudant Pradier qui commandait la brigade et fut blessé, aussi, ce jour-là. Ils étaient nombreux, officiels et anonymes, à partager ce moment d'émotion intense devant le Monument de la Résistance.

Il y a 70 ans, le Pays foyen était libéré

Jacques Reix présente une sten utilisée pendant les combats
Jacques Reix présente une sten utilisée pendant les combats


Pour fêter le 70e anniversaire de la Libération du Pays foyen en août 1944, la municipalité a choisi la date du vendredi 22 août.

La bataille de Sainte-Foy débute le 14 août. Les troupes du Capitaine Z (AS), les compagnies Anick, Sam et Duguesclin (6e bataillon FTPF Demorny), regroupées au sein des FFI, attaquent un convoi de 5 camions sur la route de Bergerac en direction de Port Ste Foy. Trois véhicules abandonnés, une vingtaine d'Allemands tués, de nombreux blessés. Roger Auriac, 18 ans (groupe Jean), Erménégildo Bertoletto sont tués. Le 15 août, un accrochage a lieu avec un détachement allemand (Kriegsmarine) à Riocaud puis au pont de Raillet Lino Coradini, Louis Subirano, René Radau, Raymond Frangnes (groupe FTP Jean) sont arrêtés et pendus aux arbres de la route, leurs corps servent de cible aux Allemands. Le 15 août, ce sont les combats du pont de Dury, de la Trapelle jusqu'au Sol de la Dîme et l'entrée de la ville de Sainte-Foy. 7 morts français : Henri Gros (30 ans), Jean Audebert (75 ans), André Delpech (45 ans), Pierre Rhodes (62 ans), Joseph Briolais (65 ans), Jean Bauret (84 ans) et un combattant, Jean Bottgen (18 ans).

Le 16 août, une centaine d'hommes de la Kriegsmarine prend position en ville. Une colonne d'artillerie allemande, venant de Castillon prend position à Port-Sainte-Foy, face à Sainte-Foy, et entre en action. Les FFI groupe Alessandri, groupe Annick, groupe Martin, section de choc du capitaine Moressée, s'établissent à tous les carrefours jusqu'au clocher de l'église.

Les combats ont duré 10 heures. 14 morts et 8 blessés côté allemand. 5 résistants tués : Yves Delage, 24 ans (groupe FTP Alessandri), Arthur Eymerie, 36 ans et Yves Baillard, 24 ans (AS), Claude Michel Augé, 20 ans et André Lavaud, 23 ans (groupe Martin).

La bagarre commence

« À midi, la bagarre commence, formidable déchaînement de canonnade et de mitraille ; aux rafales de l'artillerie ennemie, surtout denses au début de l'action, répondent, parfaitement synchronisées, les meurtrières rafales de nos mousquetons et de nos fusils-mitrailleurs. Au cours de la journée, le centre de gravité de la bataille semble se déplacer du boulevard Larègnère vers la Grand-Rue, pour osciller encore une fois vers le boulevard en fin d'après-midi… » témoigne sur le vif Jean Corriger.

Le 17 août, les Allemands commencent à évacuer leurs blessés. Pour marquer leur départ, les artificiers allemands détruisent la maison de Jean-Marie Lamothe, un des chefs de la résistance foyenne. Les 17 canons restent braqués sur Sainte-Foy. Le 18 août, les troupes allemandes stationnées à Port-Sainte-Foy lèvent le camp.

Le cortège qui partira de la mairie à 10 heures le 22 août fera une halte symbolique à chacune de ces stèles avec le respect d'une minute de silence. Les gendarmes René Barraud, 33 ans, et Maurice Métais, 37 ans, assassinés le 7 décembre 1943 ne seront pas non plus oubliés. La cérémonie prendra fin au monument de la Résistance au jardin public.

Une exposition, sur ses événements se tient à la médiathèque jusqu'au 30 août réalisée avec l'aimable contribution de Jacques Reix, maire de Port Sainte Foy, et du Général Christian Pradier qui ont confié quelques pièces d'époque de leur collection personnelle. Une présentation réalisée avec le concours de Jean-Marie Habouzit, président du Comité Foyen dela Légion d'Honneur.

Christophe Chalard, maire de la ville, et sa municipalité invitent aux cérémonies marquant le 70e anniversaire de la libération de Sainte-Foy-la-Grande qui se déroule le vendredi 22 août. Un vin d'honneur sera servi au Jardin public, en cas de mauvais temps, il se fera à la salle des fêtes.

 

À cette occasion, plusieurs bouquets et gerbes seront déposés sur le monument de la résistance et les différentes stèles élevées à la mémoire des résistants. Pour le bon fonctionnement de cette manifestation, se rendre directement à l'Hôtel de Ville, dès 10 heures, point de ralliement de tous les participants où l'on pourra apprécier l'exposition mise en scène par Jean Vircoulon et des véhicules de l'époque.

Le tableau témoignant des combats du boulevard Larégnère est exposé en mairie.

Un don pour les Archives Municipales

Alicia Bukschtein demeurant à Noisel (77) a émis le souhait de faire un don aux archives municipales.

Des documents datant de 1827 concernant ses aïeuls Henry Roque et Marie Delphine Charpentier, originaires de Sainte-Foy-La-Grande. Des Foyens qui ont ensuite émigré en Argentine pour y faire souche.

Alicia Bukschtein est d'ailleurs née à Buenos Aires. Revenue en France et sans descendance, elle a choisi de confier aux archives municipales ces documents familiaux.

Un don fait officiellement auprès d'Émilie Grandet, adjointe à la culture, dans la salle du conseil municipal, qui au nom du maire Christophe Chalard, a chaleureusement remercié Mme Bukschtein et félicité de cette initiative.

Alicia Bukschtein avant de reprendre le train pour Paris, s'est offert une longue balade dans la ville en appréciant largement les charmes de la bastide.

 

Emilie Grandet et Alicia Buckschtein
Emilie Grandet et Alicia Buckschtein

500 écoliers créent des œuvres d’art

Les écoles exposent leur production d'oeuvres "à la manière de", du 2 au 13 juin 2014, salle Clarisse Brian.

 

Organisée par la ville de Sainte-Foy-la-Grande, la médiathèque, l'artothèque de la Gironde et les services régionaux de l'Éducation nationale, l'exposition « Sculptures en correspondance » dévoile les œuvres des élèves d'une vingtaine de classes de 10 écoles du secteur. Elle fait suite à la présentation, au mois de mars, à la salle Paul-Broca, d'une sélection de sculptures contemporaines prêtées par l'Artothèque 33.

 

En à peine deux mois, le challenge était, pour les enseignants et leurs petits protégés de maternelle et de primaire, de réaliser des compositions « à la manière de ». Une trentaine d'œuvres réalisées par plus de 500 artistes en herbe sont installées dans la salle Clarisse-Brian jusqu'au vendredi 13 juin.

 

Objets recyclés

 

Aussi variées qu'inventives, ces pièces uniques sont toutes constituées de matériaux de récupération. Pots de laitage, coquilles d'œuf, cuillères à dessert, papier mâché, bouts de laine et de ficelle, on connaît la faculté des pédagogues pour recycler les objets et leur redonner vie à travers d'autres histoires. Le résultat ne manque pas de belles surprises et s'affiche très coloré.

 

Une réussite pédagogique et artistique soulignée par Sophie Sellier de Brugière, conseillère municipale et vice-présidente en charge du tourisme à la Communauté de communes, représentant le maire Christophe Chalard, lors du vernissage. Nathalie Vard, conseillère pédagogique en arts visuels, qui a initié et porté ce projet avec ses collègues, s'est félicitée de l'aboutissement remarquable du travail accompli par les jeunes et leurs maîtres.

 

Entrée libre - renseignements auprès de la médiathèque

                      0557462970

                      mediatheque@saintefoylagrande.net

Nathalie Vard et Sophie Sellier de Brugière ont félicité les élèves artistes pour leurs créations.
Nathalie Vard et Sophie Sellier de Brugière ont félicité les élèves artistes pour leurs créations.

Les classes du Pays Foyen ont participé (cliquez sur les photos pour les agrandir et identifier les classes)

Exposition "Sculptures en correspondances" du 11 mars au 9 avril 2014

Table à la palette de Quinie Araguas
Table à la palette de Quinie Araguas

Vernissage le mardi 11 mars à 18h30. Organisée par la ville de Sainte Foy, la Médiathèque, L'Artothèque du CG 33 et les services de l' Education nationale de la Gironde. Une sélection d'oeuvres de l'Artothèque, de Quinie Araguas, Karine Durand, Anne-Marie Durou, Nicolas Julliard, Patrice Liron, Hugues Maurin, Sophie Mouton, Patrick Polidano, Jean Fofo Sewonou. du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h, le samedi de 9h à 12h.

 

 

 

 

Cliquez ici pour accéder à la galerie et aux détails de l'exposition

L'exposition présentée aux enseignants par Nathalie Vard
L'exposition présentée aux enseignants par Nathalie Vard

Elie Faure - Mémoires d'une fourmi (manuscrit consultable à la médiathèque)

Sans doute un des premiers textes écrits par Elie Faure âgé de 8 ans intitulé « Mémoires d'une fourmi » sur un cahier d'écolier, avec quelques dessins. Un don de Marguerite Dumas-Amanieux, professeur de Lettres au Lycée Reclus, fille du journaliste Edouard Amanieux (1874-1942) et petite-fille du poète et dramaturge Marc Amanieux (1851-1926). Un document conservé dans la maison familiale du Ray à Saint Seurin de Prats où le rejoignait le jeune Elie Faure, qui plus tard aura aussi une résidence dans la même commune au bord de la rivière Dordogne.

version pdf disponible sur demande
version pdf disponible sur demande

Les archives ont déménagé

Danièle Provain (à gauche) a présenté les documents les plus anciens
Danièle Provain (à gauche) a présenté les documents les plus anciens

Les archives municipales de la ville, jusque-là situées au deuxième étage de la mairie, ont été transférées à la médiathèque.

 

Le maire Robert Provain, accompagné du député Florent Boudié, a officiellement inauguré cette nouvelle disposition en rappelant l'origine de ce fonds précieux.

 

En 1908, les Archives départementales de la Gironde publient un inventaire général des archives de toutes les communes. Pour Sainte-Foy-la-Grande, le dépôt est qualifié de « très riche ». Sous la mandature de Pierre Lart, en 1980, les archives sont confiées à Marie-Madeleine Guesnon qui, bénévolement, constitue quelque 950 dossiers selon le cadre de classement des archives communales.

 

En 1993, Danièle Provain, retraitée de l'enseignement, vient l'épauler. Les deux archivistes travaillent de conserve jusqu'au décès de Marie-Madeleine Guesnon en 2005. Danièle Provain assure alors seule la gestion du fonds.

 

Un document de 1478

 

Après vingt ans de service, elle a fait part de son désir d'arrêter cette fonction. La municipalité a donc décidé de confier les archives à la médiathèque municipale. Le déménagement a été opéré à la fin de l'année 2013, et le service a pu ouvrir au public hier. Le document le plus ancien est un parchemin datant de 1478 reconnaissant au roi Louis XI, par les consuls de Sainte-Foy, les biens qu'ils tiennent de la couronne. Un autre datant de 1498, est la charte de Louis XII qui énumère les coutumes et privilèges de la ville de Sainte-Foy.

 

Les archives foyennes sont surtout sollicitées pour l'état civil et les recherches généalogiques ainsi que par les membres des sociétés d'histoire locale. « Nous sommes donc dépositaires d'un patrimoine public auquel nous devons toutes nos attentions pour sa préservation et l'accès aux citoyens intéressés », a souligné Robert Provain, qui a remis à Danièle Provain la médaille de la ville.

Centenaire de la Grande Guerre

La médiathèque propose un vitrine consacrée au centenaire de la guerre mondiale 1914-1918. Cette vitrine se veut évolutive dans le temps. Elle aborde dans l'instant l'avant-guerre et notamment l'Europe et ses colonies en 1913 avec des images et des textes de l'époque comme ceux des frères Reclus ou encore d'Elie Faure. Durant cinq ans jusqu'au traité de Versailles du 28 juin 1919 signé dans la galerie des Glaces. L'histoire de la guerre vécue localement, à l'arrière, sera présente avec aussi les récits des jeunes du Pays Foyen envoyés au front et de leur famille dans l'attente de leurs nouvelles. En fin d'année 2014 du 10 au 22 novembre en partenariat avec l'association Zapart du Centre hospitalier de Montpon, le Musée du Pays Foyen et les Amis de Sainte Foy et sa région, une exposition salle Clarisse-Brian retracera l'accueil des blessés des armées française à Sainte Foy La Grande et ceux de l'armée américaine à l'Hôpital de Vauclaire.

 

 

Des livres à partager

Claire Lebrun présente la Boîte à lire qui vient d’être installée sous les arcades, en façade de la salle Broca
Claire Lebrun présente la Boîte à lire qui vient d’être installée sous les arcades, en façade de la salle Broca

Sous les arcades de Sainte-Foy, une boîte à lire permet à chacun de partager des livres. Voilà un moment que l’idée germait, elle est dorénavant concrétisée. Peut-être avez-vous déjà remarqué cette grande boîte nouvellement installée par les services techniques municipaux sous les arcades, sur la façade de la salle Paul-Broca ? Une initiative qui rappelle celles de Bergerac, Sarlat et Bordeaux, entre autres.

 

Ce projet repose sur une initiative éducative et citoyenne qui a pour objectif de développer la lecture publique. Ainsi, la Boîte à lire permet à chacun de partager des lectures, sur la base d’un libre-échange. Tout lecteur est invité à prendre gratuitement un bouquin, puis à le remettre après ou le garder s’il en a envie. Il est également conseillé de déposer des ouvrages afin que cette boîte soit régulièrement alimentée. Désormais, les livres ne dormiront plus dans les bibliothèques, les greniers ou les cartons. Ils pourront être laissés là pour trouver un nouveau preneur.

 

Elle pourrait essaimer

 

« Mais attention, la Boîte à lire n’est pas une poubelle, explique Claire Lebrun, du service animation. Veillez à y déposer des ouvrages en suffisamment bon état. Et parce qu’ils sont accessibles à tous, pensez à ne pas y laisser d’ouvrages qui pourraient être dégradants. Si vous souhaitez partager un coup de cœur, vous pouvez laisser un commentaire dans un livre avant de le déposer dans la boîte. » Le lecteur suivant appréciera certainement cette petite note et pourra se faire un avis, à son tour.

 

Outre la curiosité nécessaire pour que cette boîte vive, il est évidemment fait appel au civisme de tous pour la conserver en état. Les notions d’échange, de respect et de responsabilité animent cette nouvelle initiative. Et si elle se montre satisfaisante, d’autres boîtes pourraient suivre en des points stratégiques de la ville.

 

Pratique. Renseignements au 05 57 46 10 84 (service animation de la mairie).

Heure du conte

Contact

Bibliothèque municipale

8, rue Jean-Louis Faure

33220 Ste-Foy-la-Grande

  05 57 46 29 70

mail

 

Rejoignez la médiathèque sur Facebook et Twitter

Horaires

A PARTIR DU 2 SEPTEMBRE 2014

MARDI          12H à 18H30

MERCREDI    10H à 18H30

JEUDI           14H à 18H30

VENDREDI      9H à 18h30

SAMEDI          9H à 12h30

Heure du conte

Calendrier 2015 :

 

28 janvier  : Ana Maria UTEAU


04 février  : Anne Marie FRIAS


11 février : Ana Maria UTEAU


04 mars : Anne-Marie FRIAS


18 mars : Ana Maria UTEAU


01 avril : Anne-Marie FRIAS

Vous pouvez désormais vous connecter au WiFi de la médiathèque avec votre ordinateur portable.

Un code d'accès vous sera délivré à la banque de prêt sur présentation d'une pièce d'identité ou de la carte de la médiathèque.

L'accès est gratuit.

Liens

Facebook